Rechercher dans le site
fontsizeup fontsizedown

Du Royaume des Echecs au Règne de l’Absurde

A propos d’un "projet" de fusion des fédérations d’échecs et du bridge...
vendredi 1er juin 2012
par Mohamed Moubarak Ryan
popularité : 1%

• Le calvaire d’une fédération meurtrie par tant d’années de gestion calamiteuse, de magouilles et de luttes fratricides sera loin d’être terminé. A en croire les dernières « rumeurs » provenant du Ministère de tutelle et relatées par certains organes de presse nationale, le pire est à redouter ! Je parle évidemment de ce projet fou de « fusionner » les deux fédérations nationales des Echecs et du Bridge. Une association qui marcherait mieux s’il s’agit du Football et du Basketball par exemple !

• Mes propos ne touchent nullement la valeur ni le rayonnement du bridge, passionnant jeu de l’esprit, fort connu et reconnu à ce titre par le COI (Comité Olympique International), comme c’est le cas également pour la FIDE. Mais l’essence des échecs, et la nature des activités qu’ils véhiculent diffèrent substantiellement de ceux du bridge ; sans évoquer leurs contextes historiques, et leurs structures juridiques et organisationnelles dissemblables partout dans le monde. Une fusion absurde qui n’existe et n’existera nullement ailleurs ! L’objet de cet article préliminaire sur cette question est de démontrer à qui de droit- arguments à l’appui- l’absurdité d’un tel projet, (je n’emploierai pas le terme complot), imaginé par une caste de pseudo experts, ignorants du domaine et arrogants, comme ceux qui courent impunément au sein de nombreux ministères…

De la nature des échecs et du bridge.

• Les échecs, autant que le bridge, sont des jeux mentaux, par opposition aux jeux corporels avec, cependant, des différences substantielles. Le jeu d’échecs, activité à caractère stratégique par excellence, est reconnu comme étant un jeu à information complète et parfaite ; le hasard se limiterait au tirage sur le trait (blanc ou noir) ce qui a peu ou pas d’influence sur la suite de la partie. Le bridge est un jeu de cartes à levées régulières, et aux enchères, dont la probabilité et le hasard des tirages liés à l’intuition sont souvent déterminants. Le jeu d’échecs se prête à une variété de formes : parties à deux, majoritaires, simultanées, à l’aveugle, par correspondance, par internet, parties vivantes etc… tandis que le bridge se joue uniquement par quatre ou par pairs de joueurs. La pendule, outil essentiel, notamment dans les compétitions officielles échiquéennes ou les parties à distance, ne joue aucun rôle dans le bridge.

• Autre particularité du "roi des jeux", réside dans son volet artistique illustré surtout dans le domaine de la composition, qui privilégie l’esprit créateur au détriment de l’efficacité sportive ou du résultat concret obtenu au terme d’ardentes batailles sur l’échiquier…Des oeuvres pérennisées et admirées de génération en génération, telles des peintures gracieuses...

Du contexte historique

• Les échecs sont un jeu millénaire, qui a traversé des contrées et des siècles et marqué de son empreinte la civilisation humaine toute entière. La littérature échiquéenne, est très ancienne et reste liée à la production intellectuelle universelle. Que ce soit au niveau de la théorie pure ou à travers diverses représentations et symboles. On ne peut formuler la même hypothèse pour le bridge, jeu de cartes plutôt contemporain, dont les règles conventionnelles actuelles remontent à moins d’un siècle, avec une littérature à caractère plutôt technique.

• Au Maroc, le jeu d’échecs est pratiqué depuis des siècles dans les villes historiques du Royaume ; le nombre de clubs très variable selon les circonstances avoisinait la centaine dans les années 80 ; les pratiquants réguliers se comptent par milliers et couvrent toutes les zones géographiques. La FRME célébrerait son cinquantième anniversaire en novembre 2013, elle fut reconnue après âpres batailles, en tant qu’instance sportive en 1992. Elle est membre de la FIDE depuis 1966 (soit parmi les plus anciennes du monde arabe).Le Bridge demeure une activité mentale moins ancrée dans le pays et plutôt élitiste, avec une fédération regroupant une vingtaine de clubs et de membres « bridgeurs  », mais constituant une structure moderne, dynamique et actuellement mieux développée que notre FRME affaiblie.

Du contexte juridique et réglementaire.

• La FRME fut créée en novembre 1963 au titre du Dahir de 1958 régissant les libertés publiques et la constitution d’associations ; C’est une fédération d’associations ou clubs échiquéens sportifs ou culturels, la seule habilité à organiser les activités nationales officielles et représenter le Maroc sur le plan international, au titre de loi sur l’éduction physique et le sport ; Elle exerce sous le la tutelle du Ministère de la Jeunesse et Sport, mais c’est l’Assemblée Générale seule qui reste souveraine pour toutes les décisions relatives à sa gestion interne, l’encadrement et la programmation de ses propres activités. La FRMB fonctionne selon les mêmes règles juridiques, avec la différence qu’elle comporte également des membres individuels appelés « bridgeurs ». Le système de vote n’est donc pas similaire. La fusion des deux fédérations peut sembler, à priori, plausible , ne nécessitant qu’un remodelage et réadaptation des textes régissant les deux instances : Critères d’adhésion, locaux, élections, gestion financière, commissions administratives etc. Deux assemblées générales organisées au niveau des deux fédérations, avec un ordre du jour unique et précis concernant leur fusion pourrait contourner les difficultés juridiques qui seront posées ; Car une telle décision n’est point du ressort du Ministère de Tutelle, ni même du Chef du gouvernement, parce qu’il s’agit de deux instances élues  ; Séparation des pouvoirs oblige.

• Les difficultés se posent, donc, au niveau de l’antagonisme de deux champs d’activités qui ont peu ou pas de coses en commun. La formule magique pour rééussir un mariage hybride forcé, contre le gré des protagonsites eux mêmes, n’existe pas tout simplement.

Du contexte sportif et technique.

• Si l’ on examine ce « projet » de fusion sous l’angle socio sportif, on se trouve devant des catégories de pratiquants totalement hétérodoxes ; le bridge demeure un jeu mental qui se pratique le plus souvent dans des cercles privés, de golf, de tennis, des salons d’hôtels, avec des profils d’amateurs correspondant à la fréquentation spécifique de ces lieux. Certes des programmes d’ouverture sur le monde scolaire existent au sein de la FRMB, mais il ne s’agit que de tentatives éphémères difficiles à cristalliser. Les échecs est un jeu qui attire, partout dans le monde, une grande diversité d’amateurs essentiellement jeunes et très jeunes, et se propage irrésistiblement en milieux populaires  ; C’est une activité qui a profité largement des vertus de l’internet et des compétitions virtuelles.

• L’encadrement sportif des deux activités est dissemblable. La FRME, à l’instar des fédérations similaires sur le plan international, a opté, depuis sa création, pour une structure sportive avec des compétitions et des championnats individuels, par équipes, par catégories etc…. La FIDE, qui est la quatrième fédération internationale par pays adhérents, a privilégié le volet sportif ; Elle est reconnue par le CIO, mais organise - pour des raisons historiques -sa propre olympiade (biannuelle) et son cycle spécifique de championnat du monde, avec un système d’évaluation des performances des joueurs de compétition (ELO) parmi les plus fiables et les plus logiques au monde. Aucune instance sportive au niveau de la planète n’a envisagé de fusionner deux fédérations, telles que les échecs et le bridge, même sous une appellation pompeuse (fédération nationale des jeux de l’esprit par exemple), car il n’existe aucune perspective sportive commune, qui justifierait une telle proposition, d’autant plus que les connaisseurs des deux bords savent qu’il s’agira d’un projet techniquement irréalisable et improductif.

• Et dans l’hypothèse d’une volonté étatique ou ministérielle de réduire, par le biais de fusions, le nombre des fédérations (estimé à 45 actuellement), la coordination technique (et je ne parle pas de fusion) entre les activités d’échecs et de bridge, est impossible à mettre en place. Que ce soit au niveau de l’organisation de compétitions, de championnats, de tournois, de l’arbitrage, de modèles d’apprentissage, de systèmes d’entraînement ; Que ce soit au niveau de la constitution des équipes nationales, de la participation aux manifestations arabes, africaines et internationales ; Que soit au niveau de l’adhésion aux organes régionales ou mondiales, je ne trouve aucun point commun, justifiant l’évocation d’un projet de fusion totalement absurde, sinon ridicule !

Epilogue.

• Lors d’une intervention pertinente, notre ami larbi Houari estime qu’il s’agit là d’une « information douteuse  » provocante, et « sans communication officielle  ». Je l’espère sincèrement. Mais ma modeste expérience m’a appris que bien de desseins les plus fous sont germés dans les esprits malveillants, ou effleuré les méninges d’un certain nombre d’"experts" qui traitent à la légère des dossiers fort complexes, et dont l’arrogance ne leur permet pas de consulter ceux qui connaissent mieux l’essence des sujets en question. A bon entendeur salut !

• Enfin ce " type " de projets constituerait, à mon avis, l’un des dommages collatéraux de la crise fédérale qui perdure, et de l’affaiblissement progressif d’une instance qui fut saluée, paradoxalement, par la presse écrite nationale, au cours des années 8o, comme la troisième fédération sportive active du Maroc ! Et c’est normal, par les temps qui coulent, et la déchéance qui s’installe, qu’on doit s’attendre au pire…



Commentaires

Brèves

8 mars 2012 - Conférence de Presse Lundi 26 Mars 2012

Tous à vos agendas. « Lundi 26 Mars 2012 », Hôtel « Hyatt Regency » à Casablanca, 20 à 30 (...)

18 juin 2011 - La ligue Nord Ouest soutient la candidature de Mr Ahmed Yacoubi à la Présidence de la FRME

Réunis le Vendredi 17 juin 2011 , le comité de la ligue nord ouest et après un débat fructifié (...)

6 novembre 2008 - لا تجتمع أمتي على ضلال — حديث شريف

الإجماع الذي حصل يوم 02 نونبر 2008 له دلالات كثيرة أهمها أن مسؤولو الأندية الوطنية على قدر كبير من الوعي (...)

28 juillet 2008 - Championnat Arabe junior

On vient enfin d’annoncer sur le site www.frme.org la liste officielle de nos jeunes (...)

11 juin 2008 - حلة جديدة لموقع الجامعة الملكية المغربية لشطرنج Le site fédéral revient avec un new look

الموقع الجديد لل ج.م.م.ش و في حلة جديدة جاء لينفي الأنباء التي تحدثت عن وضع الجامعة لموقعها الرسمي في المزاد (...)

Navigation