Rechercher dans le site
fontsizeup fontsizedown

Interview Ahmed Anibar

mercredi 23 mai 2012
par Karim Ismail
popularité : 2%

Ahmed Anibar nous livre ses impressions sur l’état actuel des échecs au Maroc et nous parle de son enfance au côté de feu Boujemaa Kariouch.

Pourrais-tu présenter au lecteur de Maroc Echecs ?

Bonjour à toutes et à tous je m’appelle Ahmed Anibar, j’ai 35 ans et je réside a Berlin depuis maintenant 11 ans. Je joue pour le Club de SC Neukloster en 2 deuxième division Allemande (Groupe Nord ) et mon elo est de 2255 quand il apparait sur la liste de la FIDE :)

Comment as-tu commencé à jouer aux échecs ?

Ce fut par pur hasard, je fréquentais la maison des jeunes de Khémisset et un jeune m’a demandé si je voulais apprendre à jouer aux échecs ! J’avais 11 ans et depuis ce moment la fièvre des Echecs me m’a pas quitté.

JPEG - 149.2 ko

Qui a été ton premier entraineur ?

Apres avoir appris la marche des pièces, je me suis tout de suite inscrit au Club d’Echecs de Khémisset qui s’appelait à l’époque Club El Faras. C’est là-bas que j’ai rencontré une personne qui allait changer le cours de ma vie en la personne de Feu Boujemaa Kariouch que Dieu ait son âme.

Comment vous travailliez les échecs à l’époque ?

Je me souviens que nous étions nombreux et que le Club comptait plus de 100 licenciés. Le Club était ouvert le matin et les après-midis jusqu’à 20 heures. Feu Boujemaa Kariouch avait fait pour nous un programme afin de nous donner les bases aux Echecs (Combinaison Tactique, Stratégie et Finale de base).

Nous disposions d’un Tournoi interne qui nous permettait de mettre en pratique les connaissances que nous avions accumulées lors des différentes séances d ’entrainement avec Feu Boujemaa.

Le Club possédait une bibliothèque avec quelques ouvrages en Français et des bulletins de parties que le joueur Marocain Khalid Chorfi nous amenait après les Olympiades auxquels il participait avec l’équipe nationale.

J’ai aussi beaucoup appris des séances de Blitz avec celui-ci que je salue au passage !

Quels sont été tes premiers succès ?

Six mois après avoir appris à jouer aux échecs j’ai gagné le championnat du Maroc des Jeunes dans la catégorie des moins de 12 ans et l’année suivante j’ai gagné le Championnat du Maroc des moins de 20 ans alors que j’étais âgé de 13 ans et demi.

Les Echecs au Maroc ont-ils évolué depuis cette époque ?

Je suis de très près l’évolution des Echecs aux Maroc à travers Maroc Echecs et sur le net en général : Europe échecs, FIDE, chess-morocco.com,etc. Les choses ont beaucoup changé et malheureusement beaucoup de choses négatives n’ont pas changé.

De mon temps il y avait beaucoup plus de joueurs et de tournois nationaux : Regie de Tabacs de Casablanca, Tournoi International de Tanger, Tournoi international de Oujda avec une forte participation Algérienne, Festival National des Jeunes d’ Azemmour et bien sur il y avait les championnats nationaux Individuels et par équipes. Il m’arrivait aussi de donner des simultanées (Settat, Larache et Khémisset). Aujourd’hui il y a beaucoup moins de tournois et ceux qui s’organisent ne sont pas homologués.

Les Echecs ont évolué (ChessBase, Internet, Playchess , Analyses avec les moteurs) et le niveau des joueurs marocains avec.

Il y a eu beaucoup de jeunes talents de ma génération je pense notamment à Amine Bousfiha, Abdessadek Maalla, Chafik El Idrissi et d’autres dont j’ai oublié les noms qui ont arrêté de jouer de manière sérieuse aux échecs par manque de soutien de leurs clubs, de la Fédération et parce que qu’ils ne voyaient pas d’avenir professionnel dans les échecs aux Maroc.

Il est toujours possible de réaliser un exploit sur le court terme mais a long terme les objectifs reste irréalisables sans aucun soutien financier et moral. Si nous voulons avoir plus d’un Hamdouchi il va nous falloir réfléchir sérieusement à encadrer nos joueurs professionnels et nos talents de tout âge.

Je vais prendre l’exemple des Championnats Arabes de Doha où nos équipes Masculines et Féminines ont réalisé des résultats moyens. Nos joueurs sont partis sans aucun encadrement, ni pratique de tournois avant la compétition et nos joueuses se sont même présentées sur place avec un échiquier en moins !

Les hommes partairnt 3ème sur la liste de départ et ont fait une médaille Bronze, ils auraient sans doute joué les premiers rôles s’ils disposaient des mêmes conditions que les autres équipes à l’image du Qatar entrainé par le Grand Maitre Russe Genady Kuzmin , de l’Irak accompagné par le G. M.I Merab Gagunashvili ou encore de la Jordanie par le Grand Maitre Kruppa !

Quant a notre équipe féminine, c’est un problème récurrent. Il faut prendre plus aux sérieux cette question et le tournoi féminin organisé par Chefchaouen doit servir d’exemple aux autres clubs et à la Fédération. Il manque un modèle de travail aux Echecs Marocains, il faut prendre ce qui fonctionne chez les autres fédérations.

JPEG - 76.4 ko

(photo Fédération Algérienne des Echecs )

Puisque nous parlons des Echecs Féminins, prenons l’exemple de la Chine où se sont les échecs féminins à travers des joueuses comme Xi Jun dans les années 90, Zhu Chen dans les années 2000 et Hu Yifan aujourd’hui qui ont aidé les échecs à se développer et avec eux les échecs masculins ! Normalement, c’est la chose inverse qui se passe mais les chinois ont réussi leurs pari !

Depuis maintenant quelques années le Maroc dispose de très bons centres d’entrainement avec des infrastructures qui n’ont rien à envier aux pays Européens, notre fédération qui je le rappelle est sportive ne devrait pas rencontrer de problème quant à l’organisation de stage dans ces infrastructures.

Tant que nous n’aurons pas un lieu où les joueurs et joueuses se réunissent pour s’entrainer et travailler sérieusement l’aspect technique, psychologique et leur physique, nous ne jouerons jamais les premiers rôles sur la scène continentale et encore moins à l’international.

On peut en conclure que les choses n’ont pas beaucoup évolué et que nous sommes même revenus en arrière sur certains points !

Il faut aussi essayer de changer l’imaginaire des gens, le jeu d’échecs doit inspirer d’autres choses que la pratique du jeu de Dames ou de jouer dans des cafés. Pour cela il est très important de médiatiser les événements d’envergure qui se jouent dans de grands hôtels, des salles de conférences, des musées, etc…

Je ne veux pas dire que les Echecs ne doivent pas se jouer dans les maisons de quartiers ou dans les cafés mais que toute personne quelle que soit son niveaux social à le droit de jouer dans des conditions dignes.

Le jeu d’échecs est pour moi le jeu des nobles penseurs et non le jeu des nobles.

Il y a des budgets et il faut que la Fédération ait une gestion transparente vis-à-vis des clubs et des joueurs en général, tout cela pour le bien-être des échecs Marocains.

Tu viens d’obtenir le Titre d’entraineur de la Fédération Allemande qu’est ce que cela signifie pour toi ?

C’est la réalisation d’un an et demi de travail avec des examens écrits, oraux et l’écriture de deux mémoires sur les thèmes de « La Différence entre un secondant et un entraineur » et le deuxième sur « l’apprentissage de l’héritage classique ou les secrets de l’union soviétique ».

J’ai eu l’honneur de travailler avec les meilleurs entraineurs et pédagogues mondiaux tel que le Grand Maitre International Karsten Muller, le Grand Maitre International et Entraineur de l’équipe d’Allemagne Uwe Bönsch, des psychologues et des spécialistes de la médecine sportive.

Comment cette envie a-t-elle surgi ?

L’idée m’est venue en 2009 lorsque je secondais un joueur Allemand aux championnats d’Europe de Budva. Ce fut une expérience très enrichissante et j’ai compris lors de ce tournoi que le travail de secondant - entraineur était loin d’être facile.

Quels sont tes projets et en quoi ce diplôme t’a-t-il ouvert des portes ?

En Allemagne ce diplôme est certifié par la Fédération Allemande, le Ministère des sports et le comité Olympique. Ce diplôme est donc une reconnaissance d’un savoir -faire professionnel. Pour vous donner une idée, un club qui paie les services d’un entraineur diplômé reçoit une somme équivalente à 10 ou 15 pour cent de son salaire. Ce qui permet aux Clubs de faire des économies et d’avoir un enseignement de qualité.

As-tu une idée de comment tu pourrais partager ton expérience avec les joueurs et entraineurs Marocains ?

Il est important d’organiser des séances d’entrainement avec un suivi, des stages de formation pour les entraineurs afin de partager avec eux tout le matériel et les connaissances que j’ai accumulées ces dernières années. Le terme d’école Marocaine des Echecs doit prendre forme. Il faut créer un nouveau modèle et faire un plan sur le long terme.

Comment tu vois ce nouveau Modèle et combien nous faudrait-il avant de voir sortir de nouveaux talents ?

Il faudrait que les Clubs les plus actifs aux Maroc aient une vision commune à long terme. Les jeunes doivent être encadrés par des entraineurs qualifiés et apprendre à travailler seuls. L’entraineur ne doit pas se substituer au joueur mais l’aider à organiser sont travail, veiller à son évolution et être un soutien psychologique. Puisque notre Fédération ne bouge pas, il faut que les différentes Ligues et Clubs Marocains lancent un plan de travail pour les cinq prochaines années. Il y a plusieurs solutions, soit les joueurs et entraineurs se voient dans un même lieu plusieurs fois par an durant des sessions qui varieraient de 7 à 10 jours, soit les Clubs des différentes parties du Royaume organisent chacun un stage (Marrakech , Rabat ,Casablanca, Chefchaouen, Ifrane,etc…). Le plus important c’est que les infrastructures soient au niveau, Salle de projection, Salle de sport, un environnement sain et bien sûr un bon cuisinier ! Un bon tagine est une bonne source de motivation :)

Tu es entraineur à l’école d’échecs et de la culture de Berlin en quoi consiste ton travail au sein de ce club ?

Je donne des cours aux enfants et Harald Fietz s’occupe des cours d’échecs dans les écoles et de la publication d’ouvrage échiquéen. http://www.wissen-im-wedding.de/

Tu es l’animateur du Chess Café de Berlin pourrais-tu nous expliquer en quoi cette idée consiste ?

Les échecs étaient souvent pratiqués dans les cafés de l’époque, l’un des cafés les plus connus de l’histoire des échecs était « Le café de la régence » http://fr.wikipedia.org/wiki/Caf%C3... ) Notre idée est de rassembler les joueurs d’échecs Berlinois du niveau amateur au niveau Grand Maitre. Nous nous rencontrons deux fois par mois et je prépare à chaque fois un thème différent ( stratégie ,tactique,Finales etc…). Notre dernière rencontre avait pour thème : Parcours tactique , il fallai résoudre des positions dans un laps de temps défini.

JPEG - 41.9 ko

Qu’elles sont été tes meilleures souvenirs échiquéens ?

Les championnats jeunes ou il régnait une très bonne ambiance entre tout les enfants, les championnats Maghrébins de Médéa ou j’ai gagné le titre en moins de 16 ans avec 9/9 en 1992 et mon dernier Titre de Champion du Maroc des moins de 20 ans en 1996.

Que doit-on retenir de la personnalité de Feu Boujemaa Kariouch ?

J’avais une relation très spéciale avec Boujemaa , ce n’était pas seulement un entraineur mais aussi un très grand ami et un père. Il donnait énormément sans rien attendre en retour.

Je me rappelle qu’à partir de l’âge de 11 ans je passais la majeure partie de mon temps au club et chez Boujemaa, à l’époque il n’était pas encore marié et il vivait dans des conditions difficiles avec sa sœur et son frère que je salue. Je passais plusieurs nuits chez lui et il est même arrivé que ma mère vienne me chercher à une heure du matin !

Il achetait tout les matins les journaux Marocains et Français et bien sûr il n’oubliait jamais d’acheter ses cigarettes ! C’était une personne très bien éduquée qui aimait partager tout ce qu’il apprenait. Il aimait beaucoup résoudre les mots croisés et à mon âge j’étais impressionné par sa rapidité !

JPEG - 99.8 ko

Selon toi qu’est ce qui a motivé Boujemaa à donner tout son temps et sa santé aux services des Echecs alors que les gens ne lui rendaient pas grand-chose en retour ?

Son amour pour les échecs et pour les gens en général, Boujemaa ce n’était pas que les échecs il a aussi aidé beaucoup d’ONG et d’associations handicapés, et comme tout le monde le sait il était aussi journaliste et chroniqueur.

Je serais prochainement au Maroc et j’organiserais une journée à sa mémoire autour des échecs, ce sera l’occasion de réunir notre famille échiquéenne autour d’une personnalité qui à marqué à tout jamais de son empreinte les échecs marocains.

Le lieu et la date vous seront communiqués très prochainement



Portfolio

JPEG - 161.6 ko

Commentaires

Brèves

31 juillet 2008 - Maroc-Echecs en Vacances

Chers lecteurs, L’été est l’occasion pour plusieurs d’entre nous de prendre un petit repos bien (...)

26 mai 2008 - Les blancs jouent et gagnent !

Les blanc jouent et gagnent ! Y.Fareh

23 mars 2008 - Situation administrative des clubs et ligues

La FRME vient d’annoncer sur son site www.frme.net qu’elle a accordé aux clubs un délai (...)

2 février 2008 - PRESSE : Commission d’enquête

L’hebdomadaire AL WATAN revient sur la commission d’enquête créée lors de la dernière AGE et la (...)

27 avril 2007 - ..." الإبـرة والهشيم"

تحية شطرنجية طيبة ستتوقف المقالات الأسبوعية التي دأبت على نشرها ، كل جمعة، في إطار سلسلة "الإبــرة (...)

Navigation