Rechercher dans le site
fontsizeup fontsizedown

Kamal Skalli tel que je l’ai connu

Témoignage
jeudi 10 juin 2010
par Mohamed Moubarak Ryan
popularité : 2%

Je voudrais, tout d’abord, saluer la bonne intiative d’organiser cette première édition du Tournoi à la mémoire de Feu Kamal Skalli, qui était un formidable joueur et un échéphile apprécié et aimé par tous ceux qui l’ont connu. L’amitié profonde qui me liait au défunt m’a incité à écrire ce témoignage à chaud, et l’adresser au journal Al Bayane, dès que j’ai appris la triste nouvelle de son décès, en novembre 2004. Ce texte n’ayant pu être publié, à temps, parmi les articles de Maroc -Echecs, j’ai estimé opportun de le reproduire, en guise de contribution personnelle à raviver la mémoire de ce grand ami, en espérant être présent le 19 juin 2010 à son Mémorial...

• C’est avec émotion que j’ai appris, à travers Al Bayane du mardi 9 novembre 2004, le décès de notre grand ami Kamal Skalli. Que son épouse, Fouzia, ses enfants et toute sa famille veuillent trouver ici mes sincères condoléances et ma profonde compassion dans cette douloureuse circonstance ; Nous sommes à Dieu et c’est à lui que nous nous retournerons.

• Je me suis lié avec feu Kamal durant plus d’un quart de siècle, par une amitié aussi profonde que désintéressée, qui me pousse aujourd’hui à apporter ce modeste témoignage montrant certaines facettes de ce personnage exceptionnel et soulignant les qualités humaines et sportives qui étaient fort appréciées par tous ceux qui ont eu le privilège de le connaître ou de l’approcher.

Tétouan, première impression...

• J’ai eu le plaisir de faire la connaissance du regretté Kamal Skalli, pour la première fois, lors du 10 ème Championnat National Individuel d’échecs organisé à Tétouan en juillet 1976 et remporté par Khalid Chorfi. On se trouva face à face au cours de la troisième ronde ; Il était déjà un joueur international confirmé et fort redouté parmi l’élite marocaine par son style entreprenant et agressif, alors que j’entamais, personnellement, mes premiers pas dans le monde des échecs de compétition. Je finis, naturellement, par abandonner après une jolie partie âprement disputée de part et autre. Quelle fut ma surprise lors de l’analyse post mortem habituelle quand Kamal me fit montrer allègrement une jolie variante, comportant des sacrifices, que j’avais ratée et m’aurait assurer la victoire ! D’autres joueurs se seraient contentés de savourer leurs exploits, estimant peut être que leurs jeux furent sans failles. Je ressentis, par son geste, un réel encouragement et fus séduit par son comportement chevaleresque vis- à-vis du jeune et timide joueur que j’étais à l’époque. Ce fut le prélude d’une amitié sincère qui s’approfondira au cours des multiples championnats nationaux et au fil des nombreux voyages à l’ étranger que nous avons faits ensemble. Sa bonté, sa générosité d’esprit et sa spontanéité sont des traits spécifiques de son caractère qui ont marqué sa carrière en tant que brillant joueur d’échecs ; C’est sur le volet de son activité sportive que je puis apporter ce témoignage qui a nécessairement sa part de subjectivité ; Je laisse le soin à ses collègues au sein de Royal Air Maroc d’évoquer sa carrière professionnelle en tant que pilote de ligne, puis commandant de bord.

Une "star" à Checfchaouen  !

• Après une absence fort prolongée des compétitions nationales à cause de ses préoccupations professionnelles et familiales, Kamal Skalli fit une nouvelle apparition lors du 15 éme championnat individuel du Maroc, disputé en mars 1984 à Chefchaouen, ma ville natale. Ce fut un événement fort suivi dans cette sympathique bourgade dont le jeu d’échecs est très populaire. Kamal réussit à conquérir les coeurs par sa gentillesse et sa générosité, et devint en l’espace de dix jours un joueur très remarqué et salué aussi bien par le fan qui suit attentivement les péripéties de ce championnat que par le simple artisan vacant à ses activités traditionnelles au coeur de la Médina. Il obtint une excellente deuxième place devant 51 joueurs nationaux, le titre de champion revenait à Abdellah Ait Hmidou.

Dévouement pour l’équipe nationale

• Kamal aura bientôt une belle occasion d’exercer ses talents de joueur/artiste au cours de la 26 ème Olympiade d’Echecs tenue en octobre 1984 à Salonique en Grèce ; Il marqua au deuxième échiquier 8 points sur 13 parties, et se distingua par de jolies prouesses comme sa partie contre HOOK, marquée par un spectaculaire sacrifice de Dame et de deux Tours que les lecteurs intéressés pourront consulter dans la base de donnée de Chessbase.

• En février 1985 Kamal Skalli tira profit de sa participation au championnat d’Afrique, Sidi Frej dans les faubourgs d’Alger, qui est considéré comme phase préliminaire au championnat du monde, pour gagner son premier titre international de Maître FIDE, à côté de son coéquipier et mon frère kacem, qui s’adjugea du titre de Maître International, et en présence de Monsieur Bakkali, ancien président de la Fédération Royale Marocaine des Echecs (FRME) auquel je souhaite prompt rétablissement. Je me rappelle que Kamal avait quelques difficultés pour se libérer durant cette période, j’ai dû le remplacer et fis le voyage en Algérie à la dernière heure ; Nous fûmes tous surpris par son arrivée à l’improviste à l’hôtel abritant cette compétition continentale. J’ai immédiatement décidé de céder ma place à mon ami Kamal, lui donnant ainsi l’occasion de remporter son titre international. IL ne cessait d’apprécier ce geste bien logique à mon sens. Sa bonté naturelle et sa courtoisie le rendaient sensible aux moindres gestes faits à son égard.

• Au cours de cette même année, Il fut le seul joueur marocain à prendre part, au sein de la Sélection Africaine, au premier championnat du monde par équipes organisé en novembre 1985 à Lucerne, Suisse. Les résultats de cette équipe continentale furent très modestes, occupant la dixième et dernière place, derrière le gotha des joueurs d’ échecs planétaires dont l’ équipe de la défunte URSS menée par Karpov, Yossuopov, Belyavsky, Sokolov et autres. Skalli fit un parcours honorable, luttant avec acharnement, sans complexe contre ces grands maîtres de premier plan avec, en prime, une partie nulle fort intéressante face au GM argentin Barbero. Ce fut une expérience qui consolidera le jeu de Kamal qui gagnera en rigueur et affinera davantage son répertoire d’ouverture, marqué jusqu’alors par des systèmes insolites, et souvent originaux découlant de b3 ! Ou a3 !

• Cette expérience au plus haut niveau, enrichie par son accès à la liste internationale des joueurs d’échecs classés ( ELO) amènent la FRME à le sélectionner parmi l’ équipe nationale qui devrait représenter le Maroc à la 27 ème Olympiade échecs, organisée officiellement pour la première fois dans un pays arabe, en l’occurrence à DUBAI aux Emirates Arabes Unis (EAU), et ce malgré son absence remarquée du 16 ème championnat individuel tenu en mars 1986 à Casablanca. Kamal fera un bon résultat au troisième échiquier en obtenant 7 points sur 12 parties. Étant son compagnon au sein de l’ équipe nationale qui a eu l’opportunité de participer à cette fantastique fête mondiale des échecs durant presque un mois, je ne peux oublier sa facilité déconcertante à se lier d’amitié avec les joueurs et joueuses, aux horizons divers, venus des cinq continents, son esprit d’ équipe, sa disponibilité naturelle et sa générosité envers ses coéquipiers , et enfin son aptitude à concilier les antagonismes et les susceptibilités inévitables dans ce genre de compétition de longue durée.

Contribution désintéréssée à la gestion fédérale...

• A la fin de 1986 la FRME change de président, et son siège est transféré à CASA après avoir passé 11 ans à Tétouan. Kamal Skalli qui y réside est tout naturellement sollicité pour faire partie du nouveau comité directeur ; En sa qualité de vice- président il tente d’apporter des nouvelles idées et fut, surtout sensible à l’épanouissement des jeunes talents. C’est grâce à son initiative que Hicham Hamdouchi est envoyé en avril 1987 à Graz, en Autriche, pour participer au championnat du monde cadet, qui a constitué un précieux encouragement et lui a ouvert la voie pour une carrière échiquéenne au palmarès très riche sur les plans arabe et continental, couronnée par le titre tant convoité de Grand Maître International (GMI), sans compter ses 11 titres de champion de Maroc.

• La gestion fort contestée du président de la FRME abrogea un peu prématurément l’expérience casablancaise. Cette instance nationale fut transférée en avril 1988 à Rabat, lieu de résidence de son président nouvellement élu, M. Abdelouahed El Fassi. Kamal Skalli conserve néanmoins ses relations amicales avec la nouvelle fédération. Il se distingua alors par un coup de maître en organisant, en octobre 88 à Casa, sous la houlette de son association échiquéenne fraîchement créée, l’Association du Personnel Navigant technique de la RAM, l’un des meilleurs tournois internationaux jamais tenus au Maroc, à savoir le Tournoi de son Altesse Royale le Prince Sidi Mohamed, avec la présence de joueurs internationaux de renom, tels que le hollandais GMI Ree qui remporta la compétition, Ostojic, Giffard et autres, tout en permettant à l’ élite nationale d’y faire ses preuves. Son apport fut encore d décisif pour faciliter la participation de l’ équipe nationale à la 28 ème Olympiade ayant lieu à Salonique en novembre 1988 , tout en prenant part en tant que joueur dont la présence inspire toujours confiance parmi ses coéquipiers ; sa prestation y fut assez bonne dans l’ensemble, mais c’est surtout la spontanéité avec laquelle il réussit à tisser son amitié avec les nouveaux et jeunes membres de l’ équipe comme Hamdouchi, Zair et Benaino qui force l’admiration, car Kamal se comporte toujours envers tous sans complexes ni arrière pensée.

Présidence amère, mais amour éternel...pour les échecs !

• En 1990 M. El Fassi quitte son poste de président de la FRME pour des raisons personnelles. Feu Kamal est tenté par l’expérience de prendre en main directement les destinées des échecs marocains ; Il est tout naturellement élu président avec une large majorité. Et quoique qu’il ait réussi à tenir régulièrement les divers championnats nationaux, et assurer la participation de l’ équipe marocaine à la 29 Olympiade d’échecs organisée en novembre 1990 à Novi Sad en Yougoslavie, Kamal se sentait mal à l’aise dans la gestion quotidienne des affaires f fédérales ; Sa nature plutôt candide ne supportait pas les magouilles ni les coups bas. L’assemblée générale ordinaire tenue en 1992 contestant la gestion financière de la Fédération, Il préféra jeter l’ éponge et abandonner ses fonctions de président, alors que le rapport de la commission ad hoc constituée à cet égard, et dont je fus le rapporteur, plaidait plutôt en sa faveur. Il a passé le flambeau à son collègue au sein de la l’Association du PNT de la RAM, M.Ahmed Jaafari, qui devrait assumer la présidence de la fédération pendant 8 ans. De cette courte expérience à la tête de la FRME, Feu Kamal aura certainement gardé un goût d’amertume, et un sentiment d’ingratitude. IL n’en continuait pas moins à aimer le jeu d’échecs et à le faire aimer, à le pratiquer passionnément dans le cercle restreint de ses proches amis, à disputer certains tournois internationaux opens, notamment au Canada ou il s’est installé en compagnie de sa petite famille ces dernières années. Que Dieu ait son âme en sa sainte miséricorde.

N.B. Les sous-titres ne figuraient pas dans le texte original.



Commentaires

Logo de <FONT COLOR="#0000FF">Mohamed Moubarak Ryan</FONT >
vendredi 11 juin 2010 à 02h18, par  Mohamed Moubarak Ryan

Cher Abdelhafid,

Ton récit spécifique confirme certains traits de caractère que j’avais mis en relief, dans ce témoignage. Feu Kamal Skalli,de nature affable et tolérant, agissait souvent avec une grande spontnéité .

Et là je me rappelle d’une petite anecdote concernant la finale du 21ème Championnat National Individuel qui devait avoir lieu en octobre 1990 à Berrechid...mais un responsable "politique" dont je ne citerai pas le nom a fait marche arrière à quelques journées de la manifestation. A le recherche d’une solution, nous étions quelques joueurs ( dont Hicham) à s’installer ( à nos frais) à l’Hôtel de Nouailles, à l’attente d’une solution fédérale. feu Skalli est venu nous chercher, la première question qui m’a posée : Est ce que cet hôtel dispose d’une salle de jeu. Je répondais par l’affirmatif. Alors disait-il, avec une surprenante spontanéité : "on va jouer notre championnat au même hôtel". Tout le monde (Il s’agit d’un championnat fermé avec 10 finalistes seulement et 9 rondes)s’intalle alors au même endroit, et ce fut, par ailleurs, un beauchampionnat très compétitif remporté - pour l’histoire - par notre ami Khalid Chorfi, et ce fut son troisiéme titre de Champion du Maroc. C’est l’occasion de le saluer chaleureusement et demander de ces nouvelles ! A Bientôt  !

Logo de El amri
jeudi 10 juin 2010 à 18h37, par  El amri

Merci maître Moubarak pour cet article explicite

Je voudrai ajouter que feu Kamal, malgré qu’il travaillait presque seul, avant d’embaucher un administratif qualifié dans le domaine technique aussi, M. Moustapha Yahia, Il a put conserver les acquis des échecs marocains, surtout l’organisation du championnat du Maroc des catégories jeunes moins de 10, 12, 14, 16 et 20 ans, en 1991 et 1992, car à partir de l’ère jaafari, les catégories moins de 10 et 14 ans ont été éliminés.

Au début de son élection président de la FRME feu Kamal signa la convention de parrainage avec la Fondation WAFA BANK , puis c’était le tour du jeune MI Hamdouchi qui bénéficia aussi d’un parrainage par la même fondation, ce qui lui a permis de s’épanouir très vite, surtout après son départ pour étude en France en 1991-1992.

En janvier 1991 six jeunes bénéficièrent d’une participation première du genre, au 1er championat maghrébin à Médéa en Algérie, il s’agissait de Ahmed Aniber la soeur de Said ouhaj et Sofia Bensouda (-16 ans) un benjamin que j’ai oublié le nom, .... et Nawal El amri (-12 ans), le chef de la délégation fut Said Ouhaj, alors que je suis parti en ma qualité d’encadrant de Nawal et aussi journaliste sur mes frais, résultats : 3 titres et une 1ère place exaequo !

En mai 1991 feu Kamal organisa le 1er tournoi open pour les catégories – 10 et 12 ans, à Casablanca, et fut remporté par les sœurs Sanae et Nawal qui ont gagné en plus des coupes de 2 billets d’avion A/R Casa-Malagua.

En automne 1991 feu Kamal et la Fondation se sont mis d’accord sur une idée géniale pour vulgariser les échecs et enrichir le FRME par de nouveau licenciés, un tournoi d’une bonne réussite, car on a organisé le même dimanche dans 8 centres régionaux au Maroc, exigeant à ce que les non licenciés bénéficient sur le champ d’une licence fédérale, avec 5000 Dhs de prix dans chaque tournoi, 5 joueurs de chaque centre se sont qualifiés à la finale qui s’est tenue à Casa et remportée par le jeune Hamdouchi.

Malheureusement, son successeur jaafari transféra le budget de ce tournoi prometteur, pour le consacrer comme prix au championnat du Maroc individuel depuis 1993, et enterra à jamais ce beau projet !

En juillet 1991 feu Kamal permit à 6 champions du Maroc des jeunes de participer au championnat du monde des jeunes à Varsovie, il s’agissait de Sofia Bensouda, Nawal El amri, Mustapha Kihel et d’autres ! Je devais accompagner ma fille en tant qu’encadrant, feu Kamal me demanda d’assumer la tache d’accompagnateur de toute la délégation ! j’ai accepté, sachant que c’était mon club de l’époque (l’ASS de Salé) qui paya mon billet d’avion !

En juillet 1992, feu Kamal déclara que la FRME n’avait pas les moyens de participer au championnat du monde des jeunes à Duisburg (RFA), je lui ai proposé de payer les billets pour mes filles Nawal, Sanae championnes du Maroc des – 12 et 10 ans (Sanae fut agée de 6 ans et demi !) et moi, il accepta sur le champ, le club de cimenterie de Naiima (Oujda) accepta de payer pour sa championne Siham Rakhili, Ahmed Sirine exploite une coïncidence avec le Ministre d’Etat à l’époque feu Moulay Ahmed El alaoui, se plaina que 3 champions du Maroc appartenant à Bouznika n’ont pas les moyens de participer au championnat du monde des jeunes, 2 jours après, un chèque de Sa Majesté Feu Hassan II couvera les 3 billets + celui de leur entraîneur Mustapha…

Encore une fois, feu Kamal me demanda d’assumer la tache d’accompagnateur de la délégation, je ne pouvais refuser, et ce fut une participation calamiteuse, car arrivée au lieu d’accueil, je m’aperçois que la confirmation de la participation du Maroc n’est pas arrivée, et les organisateurs refusaient catégoriquement nous prendre en charge !

Après 2 nuits passées à la mosquée de Duisburg, le consul Marocain confia notre cas à la widadia des marocains qui nous a trouvé un petit appartement avec des aides de temps à autre, les résultats furent catastrophiques !

L’entente entre feu Kamal et moi fut réduite au maximum après cette participation, mais malgré cela aucun de nous deux n’a réduit son respect envers l’autre, contrairement à jaafari, amazzal et mounib !

Logo de <FONT COLOR="#0000FF">Mohamed Moubarak Ryan</FONT >
jeudi 10 juin 2010 à 17h32, par  Mohamed Moubarak Ryan

Bonsoir à tous,

Merci Si Mohamed lamti, pour ce complément de souvenirs. Je salue également monsieur Pierre Beiso et notre webmaster youness pour leurs aimables commentaires .

l’un des volets fantastiques du noble jeu est qu’il nous procure toujours d’immenses plaisirs et nous a permis ( et permet encore)de faire la connaissance de gens formidables, d’hommes avetis, affables,chevalresques, humanistes ; Certains possèdent de véritables sens de l’humour, d’autres sont souvent polyvalents. Ces relations humaines, ces amitiés profondes compensent les amertumes que l’on ressent lorsqu’on constate que les valeurs sont bouleversées, et que les intérêts restreintes prennent le pas sur les considérations communautaires et l’amour de l’art échiquéen. Et je ne fais point allusion à l’atmosphère nauséabonde actuelle, car mes propos revêtent un caractère plutôt général .

Feu Kamal Skalli avait un grand coeur, empreint de générosité et de tolérance. Il était d’un abord facile et naturel, avec une certaine candeur dans ses propos et ses actes.Chacun parmi nous, qui ont fait sa connaissance au cours d’une étape de sa courte vie, possède certainement de souvenirs touchants à évoquer, et de anecdotes à raconter qui ne pourraient que confirmer ces traits de caractère, que j’ai essayé de mettre en relief, à chaud et à travers ce modeste portrait. A Bienôt  !

Logo de LAMALIF, LAMETI Mohamed
jeudi 10 juin 2010 à 16h49, par  LAMALIF, LAMETI Mohamed

Je salue l’initiative des amis qui organisent cette manifestation à la mémoire de Kamal Skalli, et mon ami Ryan qui nous gratifie à chaque fois de bons souvenirs. Je voudrai ajouter un petit évènement : Le dernier tournoi , à ma connaissance, remporté par le regretté Kamal était un tournoi modeste organisé un dimanche à Bouchentouf,j’étais alors vice président de cette commune. C’était Yahya Rachid qui avait arbitré le tournoi semi rapide. Sur les neuf parties disputées, Kamal n’en avait perdu qu’une seule contre un joueur redoutable par son style imprévisible que les habitués de la Chaouia connaissent bien et qui semble s’être retiré du cercle des échecs,aujourd’hui chirurgien dentiste de profession, CHOUKAILI pour ne pas le nommer ; je saisis cette occasion pour saluer ce garçon très sympathique et espère le revoir au Ryad Essalam. A participé aussi à ce tournoi un joueur bien connu mais qui semble s’être retiré de la scène échiquéenne, LAHMITI, il avait remporté le deuxième prix si mes souvenirs sont bons.A la fin du tournoi, Kamal était très content,et on a eu l’occasion de discuter du projet d’organiser un zonal à Casblanca. J’avais promis à Kamal de défendre le projetb dont il devait préparer un dossier, devant la commission des affaires sociales etr culturelles de l’ex Communauté urbaine de Casablanca (Aujourd’ui Commune Urbaine ), dont j’étais membre à l’époque. Kamal semblait très pris par son travail et on n’a pas pu se revoir pour concrétiser ce projet, C’était en 1995.

jeudi 10 juin 2010 à 12h04

Merci Cher Moubarak pour cet article qui nous a présenté une des personnalités qui a influencé les échecs au Maroc ..

Depuis ma résidence à Montréal en 2006, les canadiens qui partagent qlq parties avec moi au café Pi ne cessent de chercher un certain : Kamal. pilote de la RAM qui venait souvent à cet endroit !

Vraiment je n’ai pas fait la liaison avec Feu Skali .. Mais ton article m’a expliqué cette situation ..

Feu Kamal a laissé de bonne impressions à Montréal .. Allah yrhmou

Youness MTL

Logo de Pierre Beiso
jeudi 10 juin 2010 à 12h03, par  Pierre Beiso

Merci,Cher Moubarak,pour ce beau portrait et cet historique.

J’ai retenu dans ton article,que tu soulignais le caractère chevaleresque de Feu Kamal SKALLI,que Dieu tient en Sa Sainte Garde.

Cette qualité fait normallement partie de la panoplie du joueur d’échecs,sa symbolique est présente sur l’échiquier par le "faras",le "cavalier",the "knight"=chevalier en Anglais.

Partout,dans le vaste monde,nous sommes frappés de retrouver dans les grands dirigeants nationaux,cette touche chevaleresque propre à notre discipline.

Cette qualité particulière,fait l’excellence traditionnelle de notre accueil et de nos rapports mutuels,aussi bien lors de nos manifestations sportives,que dans la parfaite hospitalité faite à tout joueur poussant la porte d’un club inconnu,cela qu’il soit jeune ou vieux,national ou étranger,fort ou faible.

Le roi des jeux,reste le jeu des rois.

Pierre BEISO.

Navigation