Rechercher dans le site
fontsizeup fontsizedown

Le complexe socioculturel multifonctionnel Annour d’Oujda, Une pépinière dépourvue de moyens

dimanche 29 mai 2011
par Zoheir SLAMI
popularité : 1%

Le championnat régional universitaire d’échecs organisé le 15 mai à l’ENSA d’Oujda aura eu entre autres le mérite de nous permettre de faire la découverte du complexe socioculturel multifonctionnel Annour construit en 2007 et faisant partie des projets relevant de l’initiative nationale du développement humain.

Cette découverte, nous la devons à la présence à ce championnat d’un jeune homme, Abdelhadi Chrigui, qui encadre au sein de ce complexe, trois groupes d’enfants en leur apprenant à jouer aux échecs. Il utilise son échiquier personnel pour cela et chaque groupe compte une trentaine d’enfants !

Nous nous somme rendus à ce complexe qui est situé en plein cœur du quartier Annasr qui se trouve sur la route qui mène à la frontière avec l’Algérie. Là nous nous sommes trouvés devant de jeunes enfants, se trouvaient là, une trentaine à peu près, et attendaient leur tour pour jouer une partie. Ceux qui attendaient étaient fortement excités, et ceux qui jouaient étaient concentrés avec la partie et se souciaient peu de ce qui se passaient autour d’eux. Une fois la partie terminée, ils se trouvaient obligés de quitter la table pour laisser la place à ceux qui attendaient.

Nous étions en même temps très contents de faire une telle découverte, et tristes de voir ce complexe ne pas disposer des moyens suffisants pour acheter des jeux et permettre à ces jeunes de jouer aux échecs sans faire la queue. D’autant plus que ces jeux ne coûtent pas très cher.

Les photos que nous avons prises en présence du directeur du centre et du jeune bénévole parlent d’elles mêmes. Elles montrent à quel point ces enfants aiment ce sport cérébral, et aussi le degré de concentration dont ils font preuve. J’espère qu’avec ce témoignage, j’aurai pu attirer l’attention sur ce qui se passe au complexe socioculturel multifonctionnel Annour à Oujda et que cela permettra peut être que des personnes intéressées décident d’octroyer des jeux à ces enfants ; ils en ont grand besoin. Le chemin vers la délinquance n’est pas très loin et ce genre d’activités est capable d’en éloigner ces jeunes.

Nous remercions chaleureusement le directeur du complexe Annour pour l’accueil qu’il nous a réservé et nous félicitons le jeune Abdelahadi pour le travail qu’il fait.



Commentaires

Navigation