Rechercher dans le site
fontsizeup fontsizedown

Le sport marocain à la croisée des chemins !

La FRME prit dans l’engrenage de la mise à niveau obligatoire !
mardi 13 avril 2010
par Boujemâ Kariouch
popularité : 1%

Le Ministère de la Jeunesse et des Sports met les bouchées doubles en réunissant, lundi 12 avril les 44 fédérations nationales sportives pour leur présenter des cabinets d’audit qui superviseront la gestion financière et celle administrative des ces mêmes fédérations.

Car un budget de plus de 300 million de dirhams va leur être alloué, accompagnant ainsi le développement du sport pour lequel elles ont la charge.

Il s’agira aussi de les "pousser" à une mise à niveau à même de faire face aux contraintes non seulement d’une bonne gouvernance mais aussi d’un développement moderne capable de les hisser à un niveau supérieur dont ont besoin nos sports nationaux.

Nous qui avions mis en relief la nécessité d’auditer la FRME, nous voila bien servis. En plus de l’audit financier, il y au aura un audit sur la gestion organisationnelle et administrative. Deux fois par an !

Nous savons que notre fédération recevra par tranche une subvention de quelques 40 millions de centimes. Pour ce qui est de sa mise à niveau, il faudra sans doute revoir cette drôle de politique suivie par le bureau fédéral qui jusqu’à maintenant semble être dépassé par les évènements en suspendant à tort et à travers et en se satisfaisant d’une présidence d’honneur douteuse.

D’autant plus que la dernière nomination à la "présidence d’honneur" de l’ex-président démissionnaire semble ne pas être à l’honneur du bureau fédéral.

Voici l’article en question.

Bonne lecture.


(Source et photos : http://www.mjs.gov.ma)

12/04/2010

Plus de 300 MDH pour soutenir les Fédérations sportives marocaines en 2010 (ministre)

JPEG - 30.3 ko

Le montant des subventions allouées aux Fédérations sportives marocaines atteint, en 2010, quelque 323 millions de dirhams, dont 141 MDH destinés aux investissements et 182 MDH au fonctionnement, contre 131 MDH l’année écoulée (56 MDH d’investissements et 75 MDH de fonctionnement), soit une hausse de 147 pc, a indiqué le ministre de la Jeunesse et des sports, Moncef Belkhayat.

Exposant, lundi à Rabat, les engagements de son département envers les 44 Fédérations sportives avec lesquelles il a signé des contrats d’objectifs, M. Belkhayat a souligné que la stratégie du ministère de la Jeunesse et des sports tend à mettre en place un cadre réglementaire et fiscal adéquat pour le renforcement des clubs et des futures ligues professionnelles, augmenter les revenues du sport, développer le réseau d’infrastructures sportives, assurer une formation qualitative et quantitative pour l’encadrement technique et administratif des Fédérations et harmoniser le développement du sport d’élite avec le sport de masse.

M. Belkhayat a également mis l’accent, lors d’une réunion avec les présidents et représentants des Fédérations, sur la nécessité du respect, par ces dernières de leurs engagements concernant l’amélioration des résultats, la préparation des équipes nationales selon une méthode professionnelle, l’adoption d’un système professionnel et d’une gestion financière et fiscale conforme aux lois en vigueur, l’augmentation du nombre de pratiquants et le développement du sport féminin.

Il a, à cet égard, rappelé que les conventions signées avec les Fédérations sont axées sur la bonne gouvernance, le développement de la pratique sportive, la formation qualifiante, les centres de formation sportive, les sélections nationales, le rayonnement du Maroc à l’échelle internationale et la promotion du sport de haut niveau. Le ministre de la Jeunesse et des sport a plaidé, dans ce sens, en faveur d’une participation de qualité du Maroc aux différentes compétitions internationales, l’organisation de manifestations sportives d’envergure au Royaume, le renforcement de la représentativité du Maroc aux bureaux exécutifs des instances sportives internationales, l’augmentation, de 6 à 11, le nombre de disciplines bénéficiant du programme de haut niveau et l’amélioration du rang du Maroc dans le sport de compétition aux niveaux régional et mondial.

Les Fédérations se sont également engagées à porter le nombre de licenciés dans les différentes disciplines sportives de 209.000 en 2009 à 500.000 en 2016, dont 170.000 filles et créer 480 nouveaux clubs, a-t-il affirmé, ajoutant que la création d’une Ligue professionnelle de football en 2012, l’intégration du cyclisme national dans le circuit professionnel, l’augmentation du nombre des joueurs professionnels de tennis à 50, dont un tiers de femmes à l’horizon 2012, la formation et la formation continue ainsi que le recyclage des encadrants et arbitres, figurent parmi les objectifs escomptés.

La stratégie du Ministère, qui vise à réaliser un véritable décollage sportif grâce à l’action commune et complémentaire avec le Comité national olympique marocain (CNOM) et les Fédérations sportives, s’inscrit dans la Vision 2020 qui tend à faire du Maroc "un pays de la jeunesse citoyenne et ouverte, une terre du sport et un terreau pour l’éclosion des champions ", a-t-il souligné.

Cette stratégie prévoit l’organisation au Maroc d’une vingtaine de manifestations continentales et internationales, dont les 1er Jeux africains de la Jeunesse, en juillet prochain, les Championnats du monde de judo juniors à Agadir (2010), le congrès de la Fédération internationale de handball (2011) et le Championnat d’Afrique de handball (2012), a indiqué M. Belkhayat, ajoutant que la candidature du Maroc pour l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations 2015 de football sera appuyée. Les objectifs escomptés par cette stratégie sont, selon M. Belkhayat, la qualification aux JO de neuf disciplines (athlétisme, football, boxe, judo, cyclisme, natation, taekwondo, tir à l’arc et tir aux armes de chasse), le podium olympique pour l’athlétisme, la boxe et le taekwondo, le top 5 arabo-africain dans les sports olympiques, la qualification des équipes nationales de football aux prochaines compétitions africaines et internationales, la présence dans le top 100 du classement ATP et la classification de l’athlétisme, la boxe, le judo et le taekwondo dans le top 10 au niveau mondial.

Cette réunion a été également marquée par des exposés de trois cabinets de conseils d’audite retenus suite à un appel d’offres pour superviser la mise à niveau organisationnelle et administrative des Fédérations sportives concernées, à la lumière des orientations de la stratégie du Ministère, ce qui constitue une première dans l’histoire du sport national.




Commentaires

Logo de <FONT COLOR="#0000FF">Boujemâ Kariouch</FONT >
mercredi 14 avril 2010 à 11h33, par  Boujemâ Kariouch

Oui, les temps deviennent dure pour les fédérations sportives. En particulier pour la notre. Ça va pas être du gâteau pour le président fédéral Mounib et son équipe.

Je conseillerais au président fédéral de faire preuve de sagesse et de réalité en :

1. "Effaçant" tous les sanctions" sans conditions (car quoiqu’il en soit les raisons les justifiants ne sont pas "solides et prêtent largement à contestation tant dans la forme que le fond") ;

2.Revoir cette décision concernant la présidence d’honneur de la FRME. Il est certain qu’un homme sanctionné par la Fide, quel qu’il soit, ne doit pas bénéficier de ce titre. ici aussi, au delà de tout ce que l’on pourra dire, il reste qu’il y a un jugement écrit noir sur blanc. Conséquence de l’entêtement de l’ex-président à ne pas écouter les gens et à taper dessus.

Dans ces conditions, le climat sera plus détendu et la mobilisation de toutes les compétences (y compris moi-même si l’on me fait appel) apportera une capacité à faire face aux contraintes qui se précisent de plus en plus du côté du ministère de tutelle. Cela sera un premier et grand pas vers l’assainissement de cette douloureuse problématique fédérale. En toute confiance !

A bon entendeur salut !

Boujemâ Kariouch

Logo de Youssef Boukdeir
mercredi 14 avril 2010 à 11h07, par  Youssef Boukdeir

Selon le quotidien Akhbar Al Yaoum paru le mardi 13-04-2010, c’est le cabinet KPMG qui auditera notre fédération. Le ministre a déclaré, lors de point de presse qui a suivi la présentation des fédérations sportives aux trois cabinets d’audit sélectionnés (Euro groupe, Mazar et KPMG) que les présidents des fédérations qui ne peuvent appliquer la politique du ministère et par conséquent honorer leurs engagements signés dans le cadre du contrat objectifs n’ont qu’à présenter leurs démissions et laisser leurs places à d’autres cadres compétents. L’audit englobera également le volet administratif : organigramme de la fédération, celui des ligues, de la direction technique, des commissions, le CV des personnes en tête des ces institutions fédérales. Etc. Comment notre fédération va faire face à toutes ces contraintes ? D’autre part la gestion de la trésorerie ne sera plus comme dans le passé quand on se présente un beau matin au guichet bancaire avec une sacoche qu’on remplit de la totalité de la subvention ministérielle et on continue notre chemin Il y aura un tableau de bord en matière de trésorerie qu’il faudra respecter, et un contrôle budgétaire préalable à toute opération et bien sur un audit financier rigoureux. C’est une nouvelle ère qui commence dans le domaine du sport, mais les responsables de notre fédération ne sont pas conscients de tous ces défis, ils continuent de penser comme jadis avec une mentalité arriérée et un esprit de vengeance alors qu’on doit s’unir et déployer toutes les forces existantes dans notre sport – et elles sont nombreuses et variées – au lieu de continuer dans la politique de l’absurde et de la haine.

Navigation