Rechercher dans le site
fontsizeup fontsizedown

Moulay Ahmed Raisuni…In Memoriam

Témoignage
samedi 17 janvier 2015
par Mohamed Moubarak Ryan
popularité : 1%

Ce dimanche 21 décembre 2014, Moulay Ahmed Raisuni n’aura pas respecté son rendez-vous hebdomadaire avec les jeunes en herbe encadrés par l’Association Marocaine de Tétouan au sein du Club l’Union, haut lieu du jeu d’échecs au Nord du Maroc depuis des générations. Mohamed Chakroun et ses amis, l’aura attendu anxieusement toute la matinée ; Moulay Ahmed s’est éteint, sereinement chez lui, à l’âge de 90 ans, ayant rendez – vous avec Dieu, le tout puissant, qu’il l’ait en sa sainte miséricorde.

Si peu de joueurs d’échecs marocains, de présidents de clubs ou même de cadres fédéraux actuels connaissent Moulay Ahmed Raisuni, c’est que cette figure échéphile traditionnelle n’a jamais pris part à un championnat national individuel par exemple, ni disputé les tournois les plus importants qui se sont déroulés, tant bien que mal, à travers le pays, ni prétendu à un poste quelconque de dirigeant. Certes, il fut présent, à une ou deux éditions des« torneos interciudades de larache  » qui ont marqué l’histoire échiquienne du Maroc au cours des années soixante, ou bien accompagné l’équipe de la Haiâ de Tétouan lors des ces rencontres inter villes qui étaient le prélude du système actuel du championnat national par équipes, dont la première édition date de 1972 ; Moulay Ahmed, était plutôt un homme discret, abordant les échecs dans leurs facettes ludique, artistique et pédagogique.

S’il aimait parfois afficher, fièrement ou en plaisantant, sa « carte fédérale n° 1", c’est qu’il fut le premier joueur marocain inscrit sur la nouvelle liste des joueurs établie par la FRME, en 1975 suite au transfert de son siège à Tétouan, sous l’égide de Feu Mustapha Bakkali. A l’époque il était fort connu pour sa passion échiquéenne, mais surtout par sa contribution à l’initiation au noble jeu et l’encadrement de nombreux élèves au sein de l’établissement d’enseignement Jaber Ibn Hayan, au cours des années 70. C’était une réelle opportunité pour les jeunes curieux de goûter aux délices du Roi des Jeux alors que le matériel, les livres et surtout les lieux où l’on peut pratiquer étaient plutôt rares. Il était un véritable précurseur dans ce domaine, en s’intéressant à une activité pédagogique qui fait, encore, cruellement défaut.

Je me souviens bien, durant l’année 1973, alors que je suivais mon parcours scolaire au Nouveau Lycée Technique (Imam Ghazali actuellement) à Tétouan, tout en en m’intéressant au jeu d’échecs de mes copains du Lycée jaber, me parlant d’un certain Moulay Ahmed Raisuni, qui consacrait des séances régulières d’initiation et d’apprentissage du noble jeu au sein de l’internat. Il leur faisait découvrir de belles combinaisons et des problèmes artistiques, avec en prime des gâteux et divers cadeaux pour les meilleurs solutionnistes. L’année suivant, je regagnais à mon tour le même lycée ; Si je ne me suis pas inscrit aux cours de Moulay Ahmed, je prenais part à son tournoi annuel dont le premier (1974) fut remporté par mon ami Med Chakroun) et le deuxième (1975) que j’avais gagné avec une petite coupe et un gros lot de livres. Je gardais une bonne impression de l’organisation technique de ce petit tournoi et son ambiance sympathique avec la fierté d’avoir « devenu « le Champion du lycée ! C’est ce genre d’initiative qui aura ouvert la voie à d’autres activités plus étoffées, dont -bien évidemment - la formidable série des championnats inter établissements scolaires de Tétouan, entamée dès 1978 sous l’impulsion et la direction technique de feu Mohamed Houssein Bahaoui. • Vers la fin de 1978, je commençais ma carrière professionnelle à la BGA de Tétouan, et je devenais un membre assidu du Club l’Union, siège de la FRME. J’y étais, plus au moins, un joueur connu sur le plan national. J’ai eu l’opportunité d’y côtoyer à l’époque tant d’échéphiles passionnés, qui trouvent du plaisir à jouer des heures entiers, échangeant des amabilités, des satires ou de coups de gueule. Moulay Ahmed Raisuni était parmi ceux qui attirent le plus d’attention, par son habit traditionnel inchangé, par son humeur agréable distillé durant ses parties. « Pieza Tocada Pieza Jugada  » (pièce touchée, pièce jouée) était son slogan et son principe inaliénable ! quelle que soit la nature de la confrontation. Il faut reconnaître que Cette « intransigeance » fut très bénéfique pour les débutants qui devraient apprendre que les échecs est un jeu mental et non une pratique manuelle !

Certaines séquences restent imprimées dans la mémoire de chacun…durant les années 80, un certain universitaire américaine de l’Ohio, retraité, connu sous le nom de Walter Meiden (1907-1993), Co-auteur avec Max Euwe de deux livres à succès » Mâitre contre Amateur  » & « L’amateur devient Maître  » traduits en français. Cet échéphile érudit, ami personnel de Euwe et Boris Spassky entre autres, passait régulièrement ses vacances estivales à Tétouan ; Sa présence quotidienne au Club l’Union et ses parties « exclusives » et passionnées avec Moulay Ahmed étaient devenues des rituelles et souvent des spectacles agréables à voir ! Lorsque ce dernier avait l’opportunité de remporter deux parties successives, par exemple, il lui signala allégrement : « America Zéro, Marruecos Dos  » ! provoquant le gêne et parfois les rire de Meiden.

Pour des raisons personnelles, Moulay Ahmed Raisuni, a dû suspendre son abonnement au Club l’Union, et délaisser sa passion. Il se signalait néanmoins par sa présence à pratiquement toutes les compétitions échiquéennes qui se déroulent à Tétouan et sa région, notamment lorsqu’il s’agit des championnats et tournois scolaires. A chaque fois, il retrouve le plaisir de jouer avec la nouvelle génération, leur prodiguant ses conseils, leur montrant des pièges d’ouverture, de petits problèmes, sans se départir de sa devise universelle « Pieza Tocada, Pieza Jugada  » !



Commentaires

Navigation