Rechercher dans le site
fontsizeup fontsizedown

Questions d’arbitrage

Faite comme s’y vous y étiez !
vendredi 12 septembre 2008
par Boujemâ Kariouch
popularité : 2%

GIF - 4.8 ko Le zoom sur l’arbitrage va se limiter, dans sa présente parution, à eux questions concernant l’arbitrage.

La première concerne un point de règlement relative au parties ajournées. Eh oui, le règlement de la FIDE contient toujours les dispositions afférentes à l’ajournement d’une partie. Mais si celui ci ne se pratique plus de nos jours.

Est-ce que certains de nos arbitres aurait ainsi « oublié » ce point de règlement ?

La deuxième question concerne un problème que l’on trouve dans presque tous les tournois des jeunes en particulier.

GIF - 9 ko

Chaque incident s’est réellement produit. Que se passe-t-il ?

AFFAIRE N° 1 :

GIF - 16.8 ko Deux joueurs se disputent. Qu’est-il arrivé ? Les coups ont été effectués dans les temps prévu et le joueur qui a les Noirs a demandé à son adversaire :

« Voulez-vous mettre votre coup sous enveloppe ? »

Le jouer qui conduit les Blancs a bien examiné l’échiquier et a estimé que son avantage était vraiment considérable.

Un ou deux coups au plus doivent suffire. Il voudrait éviter les inconvénients d’un ajournement et dit :

« Je ne mettrai pas mon coup sous enveloppe mais je vous l’indique maintenant ça sera Td8+. Je vous donne comme coup ouvert et vous pourrez réfléchir sur votre situation jusqu’à la reprise. »

Extrêmement irrité, le joueur s’est écrié : « Non, non, non ! C’est une infraction au règlement. Le coup doit être mis sous enveloppe. Je considère cela comme une grave impolitesse et je demande le gain de la partie ».

A ce stade, vous l’arbitre êtes arrivé. Vous devez prendre une décision et la faire connaître immédiatement.

Donnerez-vous raison au plaignant ? Soutiendrez-vous sa demande de gain ?

Quelles sont les raisons de votre décision ?

Restons-en-là pour le moment en ce qui concerne l’affaire n°1 et voyons tout de suite l’affaire n°2 à une échiquier voisin.

AFFAIRE N°2 :

GIF - 88 ko Ici, la joueuse qui conduit les blancs a pris sa Dame, l’a placée sur une nouvelle case en disant : ’’Echec’’. Au dernier moment, juste avant de lâcher sa Dame elle s’est rendu compte que celle-ci va être prise par son adversaire. Elle replace la pièce sur sa case de départ en disant simplement : « je dois réfléchir et trouver un meilleur coup pour ma Dame. »

Son adversaire n’est pas du tout d’accord et réplique : « Non, vous avez joué votre Dame et vous avez dit ’’Echec’’ ». J’ai donc le droit d’exiger que vous jouiez un coup qui fasse effectivement échec à mon Roi. Mais de toute façon, voici l’arbitre ».

« Je vous en prie, Monsieur l’arbitre j’ai raison, n’est-ce pas ? »

Encore une fois, c’est à vous de décider. Et sans délai !

Allez-vous donner raison aux Noirs ? Allez-vous obliger les Blancs à donner l’échec comme ils en avaient d’abord l’intention ?

Alors !

Je suis sûr que vous allez trouver les deux réponses justes à ces affaires.

Voici les réponses quand même : GIF - 9.1 ko

JPEG - 2.8 ko Affaire n° 1 :

Les Noirs n’avaient pas raison. Mettre un coup sous enveloppe est un droit pour le joueur ayant le trait mais ce n’est pas une obligation. On peut toujours risquer ’’un coup ouvert’’ comme dans ce cas.

Affaire n°2 :

Les Noirs ont tort là aussi. Le fait d’annoncer ’’échec’’ n’implique pas l’obligation de donner l’échec. Les Blancs ayant touché leur dame devaient la jouer mais, bien sûr, conservait le choix de la case d’arrivée.

JPEG - 11 ko



Commentaires

Navigation