Rechercher dans le site
fontsizeup fontsizedown

Regard froid sur une saison moribonde.

...la revendication du Droit et de leurs droits.
dimanche 1er août 2010
par Lamalif, Mohamed LAMETI.
popularité : 10%


Déchéance, décrépitude, déconfiture, fiasco… difficile de choisir les termes pour qualifier la saison qui s’achève.

Dans un paysage piteux et de désolation, une lueur d’espoir a brillé avec mille éclats à Marrakech. Un terme est souvent revenu dans les propos et les commentaires des échéphiles : un rêve.

Mais la réalité a dépassé l’expression la plus extrême d’un désir nocturne. Un travail de professionnel assisté par une équipe dynamique et motivée.

Merci Monsieur Houari , et TOUS nos amis de Marrakech. L’exposé exhaustif de notre ami Arif sur cet événement grandiose, complété par un commentaire de Monsieur Houari, ont révélé les secrets de cette belle réussite. Je me permets d’ajouter un autre facteur, empreint peut-être d’un sentiment personnel hérité d’une déception toujours recommencée, la convivialité.

Le tournoi a baigné dans une ambiance sereine, amicale où seules la dimension ludique et les émotions des parties, l’accueil chaleureux et l’hospitalité du staff d’organisation ont dominé.

Chefchaouen, quelques jours après la clôture de cette fête, allait nous réserver un plat de choix, avec des progrès enregistrés à tous les niveaux d’organisation.

Un tournoi qui figurera désormais dans les annales des échecs marocains et dans les agendas de nos meilleurs joueurs et de ceux de participants étrangers dont la liste ne cesse de s’allonger.

Nos amis de Chefchaouen ont la chance de disposer d’une équipe homogène et diversifiée, avec des gens cultivés, des hommes de principe, des personnes dynamiques, disponibles et aimables. Des atouts qui constituent le meilleur gage pour assurer des éditions prochaines en amélioration constante.

Les échos sur les échecs (dans un sens autre que celui qui nous est si cher) à répétition des manifestations accaparées par des personnes en perte de légitimité sont venus parfois troubler et entacher la quiétude du tournoi de Chefchaouen. Les exemples abondent, et il n’est nul besoin de s’attarder sur les détails de ces simulacres de compétitions ratées.

Seulement, on est en droit de s’interroger sur la nature des subterfuges pour « valoriser » après coup et défendre un bilan aussi misérable.

Une première réponse se trouve dans les AG transformées en simples chambres d’enregistrement après avoir éliminé toute velléité de débat à coup de sanctions vindicatives, et en déclenchant une « guerre préemptive » (plus que préventive). Avec 25 clubs présents ou moins, le BF est sûr à lui seul d’assurer une majorité absolue confortable ; faites le compte, et comparez avec la dernière AG.

Mais comment va-t-on s’ingénier à disposer ces contreperformances pour les conformer aux objectifs du contrat ? Ou préférera-t-on, comme par le passé, se cacher derrière des faux fuyants et chercher des boucs émissaires ?

Dans cette confusion totale que vivent les échecs « officieux », au plus fort temps de leur crise et de leur désarroi, des gestes, voire des tractations, et à défaut de positions claires, risquent de semer le doute ou de jeter le discrédit sur des personnes qui avaient milité pour un changement porteur de réforme.

Qu’est-ce qui a changé, aujourd’hui, pour reculer, faire des concessions et tendre la perche à des gens dont le déficit de crédibilité est énorme ?

Nous vivons une période cruciale et c’est des prises de positions aujourd’hui que se dégageraient les rapprochements de demain pour une véritable réforme des échecs marocains.

Cela dépendra de la capacité de tout un chacun de faire preuve de réalisme mais sans verser dans l’opportunisme, entamer une négociation sans devenir complice, chercher un compromis sans tomber dans la compromission, et être conscient qu’une attitude ou une position de neutralité dans un contexte d’obscurantisme et d’injustice, se transforment réellement en un soutien à peine voilé aux abus et aux tendances vengeresses.

Derrière cette note pessimiste, force est de reconnaitre que le paysage échiquéen, aujourd’hui, tend à se diversifier et à s’enrichir dans l’intérêt de tous les échéphiles , et en premier lieu les joueurs.

La concurrence sera le meilleur stimulant dans cette nouvelle donne, à condition qu’elle reste loyale et que les coups bas soient prohibés.

Tout le monde attend la prochaine rentrée avec un grand espoir, et l’on ose espérer que des clubs qui ont déserté la scène par dégoût, reviennent à la compétition et aussi à la revendication du Droit et de leurs droits.

LAMALIF, LAMETI Mohamed.




Commentaires

Logo de Youssef BOUKDEIR
mercredi 4 août 2010 à 04h28, par  Youssef BOUKDEIR

Monsieur Lameti a dressé un état des lieux le plus réaliste qui soit de notre fédération et de notre sport ; personne maintenant n’ose dire le contraire . Oui ; on souffre ; nos clubs souffrent ; nos joueurs souffrent ; nos jeunes les principales victimes souffrent . Les bonnes volontés des deux rives essayent de sauver ce qui reste ; la dernière tentative est celle révélée par notre ami Monsieur Arif dans le site : www.marrakech-echecs.com ; le comité du Club Royal en compagnie de Monsieur Larbi Houari ont reçu à Marrakech le bureau fédéral pour débattre de la situation actuelle et les projets du Club Royal au titre de la saison 2010-2011 . Peut on encore espérer que la raison triomphe et que l’intérêt général des échecs nationaux l’emporte sur l’égoïsme ? les prochains jours nous apporteront la réponse

Logo de <FONT COLOR="#0000FF">Mohamed Moubarak Ryan</FONT >
dimanche 1er août 2010 à 17h26, par  Mohamed Moubarak Ryan

Bonsoir à tous,

J’ai bien apprécié ce texte fort pertinent de notre ami Med Lameti, Il dresse l’état des lieux d’un paysage échiquéen désolant avec perspicacité et regard froid mais percutant. Un paysage toujours conditionné par une fédération paralysée, en perte de légitimité, et dominée par une équipe incompétente, certes, mais surtout inconsciente devant les torts qu’elle ne cesse d’affliger à la communauté échiquéenne marocaine.

Tous les contre-exemples n’auront servi à rien… Le TIM et le désormais festival traditionnel de Chefchaouen, montrent une autre alternative aux piteuses activités "cocotte-minute" montées – tant bien que mal – pour boucler une « saison sportive » de façade...MAIS, les clubs marocains restent majoritairement inertes, sinon complices d’une situation, qu’ils auront aggravée par leur silence et leurs hésitations…La dernière décision revancharde et illégale de supprimer le club Alouan Fannia de la liste des clubs membres de la FRME, est une preuve supplémentaire que la scène nationale est dominée par la passivité sinon l’hypocrisie…et que le véritable changement au sein de notre instance échiquéenne n’est pas pour demain.

Ceci dit, je partage globalement le point de vue de Si Mohamed, concernant les limites morales d’une « réconciliation » générale préconisée par certains, partant d’une neutralité trompeuse, car elle élude les véritables raisons et les vrais responsable du fiasco actuel.

C’est l’espoir qui anime notre vie…Chaque crise a son point culminant ou son gouffre le plus profond…Et après plus de cinq ans de débâcle tout le monde a le droit de dire BASTA, pourvu que l’on agisse en conséquence  !

Logo de Zoheir Slami
dimanche 1er août 2010 à 08h04, par  Zoheir Slami

Merci Si Mohammed pour cet article.

C’est vrai, les échecs vont mieux en dehors de la FRME qu’à l’intérieur.

Toutes les personnes qui s’intéressent aux échecs marocains auront remarqué comment la Frme agit en annonçant ce qu’elle appelle championnats nationaux à la toute dernière minute sur ce qu’elle appelle son site "officiel".

Ce sont plutôt des championnats fermés réservés aux fidèles de qui vous savez, et à qui on aura pris le soin de fournir l’information longtemps avant les autres !

Malgré tout ce qui est arrivé, malgré le soutien de certains responsables au sein du ministère de tutelle à ceux qui amené les échecs marocains là où ils se trouvent, je reste encore confiant et je suis persuadé que les choses vont changer et cet optimisme a été renforcé par les évènements qui se sont produits dernièrement et qui ont vu un nombre très important de hauts responsables se faire incarcérer parce qu’ils ont failli à leur mission et trahi la confiance de l’état.

Ils ont cru jusqu’à la dernière minute qu’ils étaient intouchables et qu’ils allaient encore une fois bénéficier de l’impunité, mais celle-ci n’était pas au rendez-vous.

Brèves

17 février 2010 - La famille Zitane en Deuil...

Nous venons d’appprendre avec profonde tristesse le décès de Mme Khadouj Zitane, mère de notre (...)

10 février 2010 - Elamri à la Fédération de cricket

Hier mardi 9 février, vers les 20 heures, la chaine 2M a diffusé des séquences d’un match de (...)

9 janvier 2010 - Kasparov & Carlsen chess simultaneous - Marrakech - Morocco January 8, 2010

F.Y

30 décembre 2009 - نادي الفتح يدعو إلى استقبال بطل العالم كاسباروف بمطار محمد الخامس بالدار البيضاء

يتشرف اتحاد الفتح الرياضي فرع الشطرنج بدعوة مسيري أندية الشطرنج المغربية والممارسين والهواة للمشاركة في (...)

14 octobre 2009 - Décès de la soeur de M.Youssef Boukdeir.

C’est avec une grande tristesse que nous avons été informé du décès tragique de la soeur de Monsieur (...)

Navigation