Rechercher dans le site
fontsizeup fontsizedown

Souhaits Ramadaniens

A nos lecteurs et à nos formateurs
lundi 1er septembre 2008
par Boujemâ Kariouch
popularité : 2%

« Le pessimisme est d’humeur.
L’Optimisme est de volonté »

Bon Ramadan 2008 à tous les Lecteurs de Maroc Echecs. Puisse ce mois de jeûne leur apporter santé renouvelée, joie, sérénité et forces.

En ce début de Ramadan 2008, l’inspiration pour écrire mon bloc-notes 64 n’est pas en moi. Quel sujet choisir ? L’actualité échiquéenne, malheureusement fait défaut depuis la clôture du championnat arabe des jeunes d’Abu Dahbi.

Alors comme il faut bien pondre ce bloc-notes 64 et n’ayant pas envie d’aborder un sujet relatif a la problématique fédérale qui s’éternise, surtout en ce Ramadan, mois de piété, je voudrais remercier tous les lecteurs qui nous encouragent, nous expriment leur satisfaction, et tous ceux qui participent ainsi à la croissance de Maroc Echecs nous permettant de toujours mieux répondre à vos souhaits.

Je ne doute pas que le temps de vos vacances vous aura paru court. Pour nous aussi…qui n’avons pas pu en bénéficier. Car notre site nous aura considérablement préoccupés pour porter nos efforts, successivement, sur différents horizons comme on l’a vu durant ce mois d’août.

Aussi cela nous permettra-t-il d’être à la hauteur de vos attentes.

C’est aussi à nos amis enseignants, entraineurs et cadres formateurs que j’adresserai un souhait. S’ils acceptent. Celui de se faire connaître, d’échanger entre eux leurs expériences, leurs espoirs, leur difficultés. Bref de vivre ! Maroc Echecs et un formidable outil de communication, une plate forme de dialogue continue. Je n’ai de cesse de grimacer que le jour où je verrais une remise de diplôme d’entraineur à ces nombreux cadres qui œuvrent en silence dans l’indifférence la plus complète. Je le souhaite ardemment.

Pour eux, je terminerai par une question et une réponse à méditer pour le moyen terme :

QUESTION :

«  N’est-il pas possible de concevoir des postes de professeurs d’échecs dans les établissements comme il existe des professeurs de dessin, de musique, etc.

Quelles études, quels diplômes seraient nécessaires ? »

REPONSE :

Ici nous touchons le vrai problème de l’extension et de la diffusion de notre jeu. Tant que les pouvoirs publics n’auront pas conscience de l’importance capitale de cette activité dans la formation intellectuelle et morale, il sera impossible de la faire pénétrer réellement dans les établissements d’enseignement. L’idée a été déjà lancée dans les années 90, mais sans qu’aucune suite ne lui ait été donné de part et d’autre, c’est-à-dire de la Fédération et du département de l’éducation nationale.

Jusqu’ici les efforts déployés ici ou là ne sont que ceux de généreux pionniers qui ne pourront porter tous leurs fruits que lorsque l’Education Nationale accordera plein droit de cité à cette activité.

En attendant ce jour, proche je l’espère, c’est en portant à la connaissance de toutes les autorités académiques et provinciales les résultats pédagogiques obtenus par notre jeu que nous pourrons obtenir un jour la reconnaissance tant souhaitée.

JPEG - 5.3 ko



Commentaires

Navigation